Quelle complexité pour quelle typologie de Supply Chain ?

Classiquement, les différentes typologies de Supply Chain (Figure 1) sont classées en fonction du :

  • Nombre de produits vendus au client (ou produits finis) ;
  • Nombre de composants gérés en nomenclature.

Ce qui donne la représentation suivante :

typologie -Supply Chain
Figure 1 : Typologies de Supply Chain

Cette représentation a l’avantage de bien illustrer les complexités de ces briques de base. Et notamment les problématiques et opportunités liées à la planification et au pilotage de ces Supply Chains. Dans les faits, les difficultés de management de ces Supply Chains sont quelques peu nombreuses. Et les interdépendances de ces « briques » rendent le système bien plus complexe à piloter qu’il n’y paraît. Bien loin d’un simple V, A, X, I ou T.

La Supply Chain en V

Les caractéristiques principales de la Supply Chain en V sont :

  • Peu de matières premières en approvisionnement ;
  • Beaucoup de produits finis différents.

La problématique principale de cette typologie de Supply Chain est la capacité à anticiper les besoins de ses clients.

L’opportunité principale de cette typologie de Supply Chain est la capacité à prévoir les besoins matière ; peu de références, risque d’erreur limité.

Pour illustrer cette problématique et opportunité, prenons quelques exemples :

  • Un exemple de la vie quotidienne (en environnement Business To Consumer « B2C »). Une pâtisserie ne saura que rarement avec précision quels gâteaux vont être consommés par ses clients ; il est donc difficile de prévoir le nombre d’éclairs, de babas au rhum, de tartelettes et autres gourmandises à produire pour une vente dans la journée. Des historiques de vente, facteurs correctifs et autres seront utilisés… Mais une grande incertitude sur ce qui sera réellement vendu existe. A contrario, la probabilité pour utiliser des œufs, de la farine, du beurre et autres ingrédients de base est très forte. Le risque d’approvisionner des produits qui deviendront obsolètes (Date Limite d’Utilisation) est globalement faible ; autrement dit, la capacité à anticiper les approvisionnements est forte.
  • Une fonderie qui produit des pièces en Cire Perdue Aluminium. Le portefeuille produits de cette fonderie est de 550 produits vivants ; fabriqués dans des quantités allant de quelques unités à quelques centaines de pièces. Seules quelques nuances différentes d’Aluminium sont utilisées. Le cycle de réalisation d’une telle pièce est de 6 à 10 semaines. Le cycle d’approvisionnement de la matière de plusieurs mois (considérons 6 mois).
    • A la question suivante : Quelles pièces vont être commandées par les clients ? Sous quel horizon de temps ?

2 réponses possibles du fournisseur :

  • Soit demander à ses clients de fournir des commandes à un horizon très supérieur à son cycle de fabrication et d’approvisionnement (soit 6 semaines minimum + 6 mois).
      • Soit prendre le risque d’approvisionner de la matière sur la base d’un mixte connu de matière, avec une certaine marge d’erreur couverte par un stock « de sécurité ».  Dans ce dernier cas, le fournisseur sera apte à proposer un cycle « réduit » à son client (6 semaines dans notre exemple).
      • Autres exemples de ce type de Supply Chain : une papeterie kraft (du pin et quelques produits chimiques en entrée de processus, des laizes de papier avec grammages et/ou sortes de papier différentes en sortie de processus), une aciérie, une scierie, …

Dans ce type de Supply Chain, un produit fabriqué trop tôt risque de ne pas être commandé / consommé par son client. En revanche, le risque d’approvisionnement en avance de phase d’un nombre limité de matières peut fournir un avantage gagnant déterminant pour l’agilité d’une Supply Chain (dans notre exemple de fonderie : 1,5 mois versus 7,5 mois), pour une prise de risque limitée : la matière sera forcément consommée par l’une ou l’autre des pièces d’un client.

La Supply Chain en A

Les caractéristiques principales de la Supply Chain en A sont :

  • De nombreuse matières premières à approvisionner ;
  • Peu de produits finis différents.

La problématique principale de cette typologie de Supply Chain est la capacité à piloter les besoins en composants.

L’opportunité principale de cette Supply Chain est la capacité à prévoir les besoins des ses clients.

Pour illustrer cette Supply Chain, prenons un exemple :

  • Un fabricant de cartes électroniques fabrique à la commande quelques centaines de modèles différents de cartes pour ses clients ; chaque modèle étant produit d’une quantité de 100 unités à 10000 unités par an. La nomenclature d’une carte électronique contient plusieurs centaines de composants.
    • A la question : quels composants acheter ?
      • La presque unique réponse est : la quantité nécessaire pour réaliser le nombre de produits finis ; l’effort sera donc mis sur la recherche de la prévision de ventes des produits finis ; le risque d’acheter un composant qui ne sera pas utilisé sur la carte étant bien trop grand.
      • L’utilisation de Système d’Information et calcul du type MRP (Material Requirement Plan) permettra de connaître avec précision le nombre de composants à acheter, la référence, … Le paramétrage des cycles d’approvisionnement (si tant est qu’ils soient stables) permettra d’approvisionner les composants en temps et en heure pour assembler les cartes et livrer le client.

La Supply Chain en X

Les caractéristiques principales de la Supply Chain en X sont :

  • De nombreuses matières premières à approvisionner ;
  • De nombreux produits finis différents, mais assemblés à partir d’un nombre limité de modules (briques de base).

Les 2 problématiques principales de cette typologie de Supply Chain sont ;la capacité à définir les besoins en produits finis et à gérer et piloter les besoins en composants.

L’opportunité principale de cette typologie de Supply Chain est la capacité à prévoir les besoins en modules communs.

Pour illustrer cette problématique et opportunité, prenons un exemple :

  • Un fabricant d’ordinateurs doit définir d’une part la volumétrie des ordinateurs qu’il prévoit de vendre mais surtout quel modèle parmi toutes les combinaisons possibles de composants :
    • Avec écran de 15,6’’, 17’’ ou 19’’ ?
    • Avec disque dur de 250Go, 500Go, 1000Go ?
    • Lecteur / Graveur de DVD ?
    • Lecteur de cartes ?
    • Reconnaissance tactile
    • Il est bien difficile de prévoir les besoins des clients (même en ne considérant que la clientèle professionnelle) pour ne pas faire d’erreur conséquente sur les prévisions de vente de chaque produit fini.
    • Cependant, il n’est certainement pas erroné de prévoir, basé sur des tendances, historique ou autre modèle de prévision plus élaboré, que 50% des ordinateurs portables vendus ont un disque dur de 500Go, 25% de 1000Go et 25% de 250Go. Il en va de même pour la plupart des modules d’un ordinateur. Ainsi, la prévision de ventes faite au niveau des modules sera moins erronée qu’une prévision au niveau du mixte de produits finis.
    • En ce qui concerne la gestion des composants, il s’agit du coup de prévoir les composants qui vont servir à la confection de chaque module ; on en revient au cas précédent de la Supply Chain en A.
    • Enfin, comment faire pour assembler les bons modules pour livrer la configuration souhaitée d’un ordinateur ?

2 stratégies peuvent se dessiner :

Assembler à la commande, c’est par exemple le modèle d’organisation choisi par DELL : la configuration exacte souhaitée est réalisée en ligne ; l’organisation pour l’assemblage de l’ordinateur a été pensée pour être réalisée dans un laps de temps admissible pour le client sous quelques jours, quitte à supporter un coût de main d’œuvre pour l’installation finale légèrement supérieur (proche du lieu de livraison).

Livrer sur stock : une entreprise (exemple de LE NOVO) qui aurait fait le choix d’un assemblage final en pays émergent va dans ce cas livrer des produits finis vers une zone de consommation en grosse quantité ; dans ce cas, les choix de configuration tardive sont très limités, 2 ou 3 modèles proposés tout au plus, avec un risque non négligeable de stock non écoulé. Les fabricants optant pour cette organisation ont en général une stratégie de différenciation par le prix.

La Supply Chain en I

La caractéristique principale de la Supply Chain en I est :

  • Un nombre de matières premières à approvisionner à peu près équivalent au nombre de produits finis à livrer.

Dans cette typologie de Supply Chain, il est aussi compliqué ou aisé de prévoir les approvisionnements ou les produits finis.

Pour illustrer cette problématique et opportunité, prenons 2 exemples :

  • Dans une fabrique de ciment, on va généralement utiliser des agrégats : 80%de calcaire et 20% d’argile. Si on prévoit le nombre de tonnes d’agrégats pour la préparation du cru, on est capable de prévoir le nombre de tonnes en sortie de process après les opérations de cuisson et de broyage du ciment (et vice versa).
  • On trouve fréquemment ce  type de Supply Chain dans les industries de process : chimie lourde, pétrole, savonnerie, solvants, …
  • On trouvera également ce type de Supply Chain dans un environnement un peu différent : les entreprises de services, ou plus particulièrement dans l’environnement industriel : les entreprises de sous-traitance. Par exemple, un fournisseur de traitement de surface : dans la plupart des cas (sauf perte au fond d’un bain !), il livrera la pièce reçue de son client avec la protection de surface demandée, selon une spécification en général « standard ». Dans ce cas, il y a autant de produits en entrée et en sortie de ce type de Supply Chain.

La Supply Chain en T

La Supply Chain en T est une variante des Supply Chain en I et en X. Les caractéristiques principales de cette typologie de Supply Chain sont :

  • Un nombre de matières premières à approvisionner à peu près équivalent au nombre de produits semi-finis à fabriquer ;
  • De nombreux produits finis différents.

Dans cette typologie de Supply Chain, de la même manière qu’on pouvait prévoir au niveau de modules dans une Supply Chain en X, on pourrait prévoir au niveau des produits semi-finis dans une Supply Chain en T.

Pour illustrer cette problématique et opportunité, prenons un exemple :

En complément au précédent exemple de notre fabrique de ciment, cette fabrique possède une sacherie qui conditionne le ciment par sac de 5, 15, 25 et 50kg.

Cette entreprise exporte dans 27 pays différents : le marquage sur chaque sac est donc différent.

Ceci illustre bien, pour un même semi-produit (le ciment), des produits finis très nombreux.

Quelle complexité pour quelle typologie de Supply Chain ?

Post navigation


One thought on “Quelle complexité pour quelle typologie de Supply Chain ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share via
Copy link
Powered by Social Snap