Que peuvent avoir en commun un laboratoire de contrôle d’un site pharmaceutique et des mécaniciens aéronautique ? Au premier abord, pas grand chose…  Et pourtant…

Nous vous proposions dans la newsletter du mois de février une réflexion orientée sur les techniques de gestion en flux tirés. Cet article vous propose de prolonger le sujet du ConWip sur l’aspect compréhension du concept et formation au travers d’un jeu pédagogique.

Le passage d’un mode de pilotage « ordonnancement par dates de fin » à du pilotage de files d’attente ou ConWip peut sembler déroutant et anxiogène s’il est mal accompagné.

Quelques éléments clés de succès :

  • Rendre la file d’attente visible, en utilisant des marquages au sol pour identifier des emplacements par exemple. Cela peut paraître évident mais sans visibilité il sera impossible de repérer facilement l’état d’engorgement de la file d’attente et donc de la piloter. La mise en place de chantier 5S est donc un prérequis.
  • Augmenter la polyvalence et rendre son déclenchement fluide. Le déclenchement doit pouvoir se faire de façon autonome, sans intervention du management. C’est d’ailleurs un des attraits du ConWip : l’autonomisation des équipes.
  • Intégrer une étape de formation pour les futurs utilisateurs. Pour comprendre le modèle, en définir les règles et les partager. Et quoi de mieux pour donner du sens au changement que de l’expérimenter ?

C’est dans cette optique qu’Agilea a développé un jeu pédagogique permettant d’appréhender les faiblesses d’un pilotage à l’OF, et les forces et contraintes d’un pilotage par les files d’attente, le dimensionnement d’un tunnel FIFO et la gestion des urgences.

Exemple de supports du jeu pédagogique Agilea
Exemple de supports du jeu pédagogique Agilea

 

Nos deux entreprises se retrouvent donc ici : la volonté de changer leurs manières de travailler, de ne plus subir les variations et le stress liés aux OFs dont les dates de fin changent ou ceux qui doivent être terminés avant même d’avoir commencé.

Et concrètement ça donne quoi ?

Nous avons choisi un format de jeu simple, en deux temps – un représentant une situation actuelle souvent proche de la réalité des participants – et une seconde où les participants mettent place, avec l’aide des animateurs, un système de pilotage par les files d’attente et évaluent les bénéfices du système mais aussi les contraintes liées à la transposition dans leurs activités.

Un autre type de file d'attente
Un autre type de file d’attente

Le jeu a une vertu, celle de permettre de toucher, d’appréhender les organisations de demain plus facilement qu’au travers d’une présentation PowerPoint et de schémas sur un paperboard.

Il permet aussi de tester dans un environnement sans risque, et donc de retirer une part de peur du changement – le fameux « ah mais chez nous ça ne fonctionnera jamais ».

Une partie du jeu consiste à dimensionner et mettre en place un tunnel FIFO (First In, First Out). D’expérience, c’est un concept que les opérationnels ne connaissent pas bien et ne savent pas comment l’implémenter.
Ce que j’ai pu remarquer dans nos interventions, c’est que l’environnement du jeu permet de mettre en retrait les contraintes quotidiennes et les cas particuliers, pour créer un système simple qui fonctionne dans l’univers du jeu.

Le jeu s’adresse donc autant à des managers, pour qu’ils puissent comprendre l’intérêt de la démarche, qu’à des opérationnels qui doivent mener le changement.

Par contre on ne saurait se contenter de la simple expérimentation. Il est donc essentiel pour les animateurs de recentrer le débat, en fin de jeu, sur l’environnement quotidien des participants, de valider la faisabilité du ConWip, de recueillir les contraintes et d’identifier les actions à mener avant de pouvoir aboutir à un pilotage par les files d’attente (augmentation de la polyvalence, diminution des temps de changement de série, etc.)

En conclusion, l’utilisation d’un jeu pédagogique a permis d’initier une réflexion pour un changement d’organisation de manière ludique, mais aussi de prendre connaissance des contraintes à faire tomber pour que la mise en place du ConWip soit une réussite.

« Il faut jouer pour devenir sérieux » – Aristote

 

Auteure : Noémie Lambert AGILEA

La mise en place du ConWip par la pratique d’un jeu pédagogique

Post navigation


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share via
Copy link
Powered by Social Snap