Nous pouvons à présent dire que la mise en place d’un projet DDMRP ne constitue plus un saut dans l’inconnu. Un nombre croissant d’industries de secteurs variés se portent volontaires pour déployer cette méthode. En parallèle, une communauté de chercheurs toujours en expansion entreprend de valider les promesses de la méthodologie.

 

Mais ces dernières années ont également vu apparaître de nouvelles couches par-dessus le modèle DDMRP originel.

Le premier ajout a été celui du Demand Driven Sales and Operations Planning (DDS&OP), en charge de la gestion tactique de la chaîne de production. Il s’agit, dans cette couche, d’harmoniser les objectifs stratégiques et les contraintes locales.

Le dernier apport à la méthode est une couche de gestion stratégique, nommée Adaptive Sales and Operations Planning. Dans ce contexte, les documents fournis par le Demand Driven Institute sur ces couches se sont multipliés, venant apporter des précisions nécessaire. En parallèle, l’intérêt de diverses industries pour ces nouveaux ajouts n’a cessé d’augmenter. Ceci a justifié que nous mettions sur pied une cartographie agrégée de toute la méthodologie Demand Driven, de façon à identifier les zones d’ombres.

Cette cartographie a été mise sur pied grâce à une série d’entretiens avec des experts dans le déploiement de projets Demand Driven. A ces entretiens est venue s’ajouter une étude détaillée des publications existantes sur le sujet. Chaque activité de la méthode Demand Driven a ainsi été passée en revue et intégrée dans la figure donnée à la fin de cet article.

Deux aspects émergent de ce travail : d’une part, les activités en pointillés sont actuellement la source de nombreux désaccords sur leur déroulement parmi les acteurs du secteur. D’autre part, la nature des décisions à prendre diffère beaucoup entre chaque horizon de gestion, empêchant d’utiliser de simples principes généraux.

Dans la mesure où les projets de gestion Demand Driven vont être étendus à des environnements progressivement plus complexes, les deux questions précédentes vont se faire de plus en plus présentes. En effet, comment adapter la méthodologie dans chaque cas – tout en s’assurant de prendre les bonnes décisions ?

C’est justement cette question qu’il faut à présent travailler, pour s’assurer que les futures implémentations de la méthode Demand Driven soient pérennes. C’est à l’éclaircissement de ces zones d’ombre que travaillent les experts pour que chaque déploiement soit adapté à la réalité tout en garantissant les résultats associés à une gestion pilotée par la demande. Enfin, c’est à la définition d’une aide à la prise de décisions dans cet environnement complexe que travaille la communauté de chercheurs, pour une gestion simplifiée mais toujours aussi efficace.

Auteur :  Guillaume MARTIN, Laboratoire Commun de Recherche AGIRE

Show Buttons
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Share On Youtube
Hide Buttons